• jeu. Oct 29th, 2020

analoglife.fr

Le site des Angry Gamers

Etre un vrai gamer, ça veut dire quoi ?

Byadmin

Mar 22, 2016

Que l’on soit un joueur chevronné d’un seul jeu vidéo en particulier ou bien un joueur occasionnel touchant à plusieurs jeux, une seule question revient assez souvent pour déchaîner les passions les plus virulentes : comment fait-on pour hériter du titre singulier de « gamer » ?

Une question qui divise au cœur même de la communauté qui estime qu’il faut un certain degré « d’achivements » pour pouvoir prétendre à ce titre.

La guerre des plateformes à l’heure des exclusivités

La communauté des gamers se divise déjà en fonction des plateformes choisies pour jouer. Ainsi, depuis quelques années, nous avons vu fleurir sur la toile les slogans élitistes consacrant les joueurs PC au rang d’élite avec le fameux « PC Master Race ». Cependant, beaucoup négligent la vérité selon laquelle le véritable gaming tel que nous le connaissons aujourd’hui est né sur les différentes consoles de Nintendo et de Sega qui ont offert la possibilité au plus grand nombre de se convertir au gaming de salon, qui allait ouvrir la porte à toutes les compétitions de e-sport.

Dans sa définition la plus commune, être un gamer c’est avant tout se mesurer aux autres, directement via des jeux multijoueurs ou encore à travers des scores, comme notamment à l’époque des bornes d’arcade où le principe était avant tout de battre le record de l’autre pour imposer sa suprématie. C’est donc dans l’esprit de compétition numérique que voit le jour le gamer que l’on porte en soi et c’est dans ce même état qu’il nourrit la curiosité nécessaire, le poussant à découvrir les jeux dans lesquels il excelle le plus.

La compétition vidéoludique peut toutefois être limitée à certaines plateformes bien précises à cause des exclusivités. Ainsi, comme nous avons pu le voir dernièrement, le dernier jeu RPG tour par tour de Firaxis, le célèbre Xcom 2, n’est sorti que sur PC et MAC, tandis que le fameux TPS The Last of Us demeure jusqu’à présent une exclusivité Playstation. Ces frontières virtuelles qui limitent l’expérience du gamer peuvent être à l’origine des tensions qui permettent à d’autres joueurs de considérer que l’on n’est pas un gamer accompli si on a pas fini X titre.

Le plaisir d’incarner un rôle et de découvrir son monde

Le gamer n’est pas toujours un compétiteur-né qui souhaite se mesurer au monde à chaque instant. Comme le prouve la popularité des RPG, il existe un nombre croissant de joueurs qui veulent joueur dans l’unique but de s’évader en ouvrant une fenêtre sur un monde au lore bien dense, où chaque session de jeu équivaut à une exploration gratifiante. On a pu le constater avec les Elder Scroll, avec notamment Skyrim, longtemps resté en haut des ventes Steam ou plus récemment avec The Witcher 3 et son emblématique personnage principal : Geralt de Riv, le sorceleur.

Witcher 3

Bien entendu, ce n’est pas pour autant que le genre des RPG est exempté de challenge. C’est d’ailleurs dans le but d’offrir une expérience hardcore sans précédent au joueur, que les jeux Dark Souls ont vu le jour. Avec leur difficulté excessive, ces jeux ont pour vocation de différentier les joueurs normaux des joueurs dévoués, n’ayant pas froid aux yeux et désireux de dompter des jeux indomptables, les faisant entrer au panthéon des « Vrais » joueurs en solo, avec un V majuscule.

Cependant, pour beaucoup, la difficulté est décourageante et l’investissement temporel n’en vaut pas la chandelle. Ces joueurs ne se privent pas toutefois des plaisirs des RPG en se tournant vers les jeux Final Fantasy ou Zelda dont les univers peuplent aujourd’hui la mémoire collective dans le monde entier. En effet, une des façons de devenir un vrai gamer est de pouvoir « digérer » l’iconographie des grands classiques du jeu vidéo et d’adhérer au changement qu’ils ont produit dans le monde du gaming.

Les MMO, véritable danger pour la vie sociale ?

A la sortie de chaque MMO majeur, la même question revient : doit-on sacrifier sa vie sociale pour réussir dans ce jeu ? Outre la dimension particulièrement chronophage de la plupart des MMO, il y a aussi la difficulté de prise en main qui revient souvent sur la table et qui nécessite un plus grand effort de la part du joueur pour une maîtrise optimale. On pense notamment au célèbre jeu de Blizzard « World of Warcraft » dont la vastitude est telle qu’il a été considéré pendant des années comme un véritable écueil à la vie sociale des joueurs qui y souscrivaient.

Avec la sortie future du jeu « Star Citizen », la même question se pose. Mais pour beaucoup de joueurs, cet investissement temporel relève de la philosophie de vie, pour eux, il s’agit d’une des multiples façon de devenir un vrai gamer, de se divertir au-delà des façons conventionnelles, en prenant part à une aventure prenante, avec une communauté dans le même état d’esprit. Le système de guildes et de groupes de jeu n’est-il pas déjà une alternative à la vie sociale ?

Peut-on considérer qu’il existe aujourd’hui des « faux » gamers ?

Avec l’avènement du jeu sur mobile, de plus en plus de polémiques se mettent à éclore ici et là. Certains joueurs sur les plateformes traditionnelles accusent même les joueurs sur smartphones d’être des imposteurs. S’il est difficile de savoir si ces accusations sont fondées ou non, il est en revanche plus aisé de réaliser que certains jeux comme Candy Crush, abusent volontairement de mécaniques de jeu addictives et peu originales, nivelant vers le bas la qualité des jeux video à laquelle on peut s’attendre aujourd’hui. Les gens comme Elky et ceux qui se lancent avec sérieux et rigueur dans les jeux d’argent comme le poker ou des sites comme William Hill pour mettre en place des stratégies fines et analyser en profondeur peuvent eux plus facilement accéder à l’e-sport, où la rigueur et la persévérance sont des clefs : Elky en est l’exemple même.

Parallèlement, de plus en plus de développeurs prennent le pari d’éditer sur mobile des jeux à la difficulté corsée – comme les récents TD (Tower Defense) publiés – pour proposer une expérience audacieuse, qui exploite pleinement les avantages hardwares des smartphone et leur interface.

En résumé, être un vrai gamer est avant tout un état d’esprit, indépendant de la plateforme et du matériel que l’on utilise, mais certains jeux demandent une dévotion plus particulière que d’autres, ce qui en augmente la satisfaction une fois arrivé à leur sommet.