• mar. Oct 27th, 2020

analoglife.fr

Le site des Angry Gamers

Gamer, une compétence à mettre sur un CV ?

Byadmin

Nov 25, 2015

Pour se démarquer de la masse, ou simplement parce que c’est une activité assumée et qu’elle fait partie du paysage culturel mondial, de plus en plus de gamers souhaitent afficher ouvertement leur passion pour les jeux vidéos.

Vous ne serez pas pris au sérieux en le citant comme compétence

Sérieusement… une compétence ! A quoi peuvent bien vous servir vos heures de jeux et vos nuits blanches à se faire un bon vieux réseau ? A passer pour un asocial immature ? A donner de vous une image déjà bien égratignée par les médias ? Il ne manquerait plus que vous soyez rôliste par-dessus le marché !

Oubliez le jeu en tant que compétence, parce compétence signifie savoir faire ou savoir être qui va être utile dans la profession envisagée. Aucune profession n’a besoin d’une personne qui sait manier un personnage virtuel dans un décor rempli de monstres et de Kévin. Aucun job n’utilise des stratégies militaires pour conquérir des clients. Bref, laissez tomber. Allez à l’essentiel concernant ce que vous avez en commun avec le profil recherché et mettez de côté votre côté joueur.

Ok, la gamification de la marque employeur, c’est tendance. Il y a joueur, entendez jeune talentueux avec son master en école de commerce qui postule chez l’Oreal, et gamer. Un employeur peut être effrayé par un gamer. Pourquoi ? Mais c’est très simple. Combien de fois par jour un gamer se connecte-t-il a son ou ses comptes ? Des dizaines si c’est un accroc. Recruter une personne qui aura la tentation de se loguer deux ou trois fois dans la journée « pour surveiller que tout va bien et qu’on ne l’attaque pas », ou « pour voir si on lui a laissé un MP pour l’attaque de ce soir », c’est recruter une personne qui ne pourra pas se concentrer sur son travail tout au long de la journée. C’est à la limite pire que de s’engager avec un type accro aux paris sportifs qui passera des heures à chercher un code promo Netbet parce qu’il aura vu une grosse cote sur la Ligue 2 roumaine…

Finalement, pourquoi pas en loisir ?

Si on lit n’importe quel CV, on trouve toujours cette rubrique particulièrement hypocrite nommée « divers » ou « loisirs », dans laquelle on expose de façon parfaitement mensongère 3 éléments :

  • une activité physique, parce que cela montre que le candidat est dynamique et ne passe pas son temps à engloutir des pizzas en regardant une bonne vieille série US.
  • puis vient le loisir culturel, indispensable pour montrer qu’on se cultive au moins un peu.
  • cerise sur le gâteau, le dernier point est une activité sociale. Elle permet d’assurer à l’employeur que le dernier mot que vous avez prononcé ne remonte pas à plusieurs années.

Quelle surprise de constater que tout ceci n’est que de la poudre aux yeux. Votre rugbyman amateur de photographie animalière et pratiquant le footing se révèle en fait un quarantenaire bedonnant incapable de citer le dernier vainqueur du bouclier de Brennus et qui panique pour changer un objectif sur un reflex numérique !

Fini les faux semblants. Vous aimez les jeux en ligne, cela ne fait pas de vous un mauvais candidat.

Si l’employeur vous questionne à ce sujet, bien sûr que votre temps, vous ne le passez pas à fracasser des crânes de zombies à la poêle à frire. Ce qui vous intéresse, c’est le coopératif, dans lequel un chef de groupe élabore une stratégie pour parvenir à un objectif. Et bien entendu, ce leader c’est souvent vous. Communication, réactivité, atteinte d’objectifs, prise de risque font partie du vocabulaire de nombreuses professions. Vous pouvez même détailler votre parcours, votre classement, car pour être dans les meilleurs nationaux, il ne faut pas que de la chance. Il faut de la persévérance, garder un cap et ne jamais le quitter.

Adaptez votre discours au type de poste et de structure : développeur PHP dans une start-up où la moyenne d’âge est 23 ans, ça va ; dans une boîte à papa comme Bosh ou Renault, inutile de vous appesantir sur votre guilde WoW… Mais si c’est opportun, on peut aller jusqu’au bout comme l’a fait ce type (ok, pas à la portée de tout le monde vu qu’il est designer…) :

CV gamer

Veillez toutefois à ne pas montrer trop d’enthousiasme à l’évocation de votre compte ou de votre jeu du moment !