• mar. Nov 24th, 2020

analoglife.fr

Le site des Angry Gamers

PES 2016 : mieux que FIFA, vraiment ?

Byadmin

Juin 30, 2016
pes fifa 2016

La gueguerre entre la franchise d’Electronic Arts et celle de Konami n’est pas d’aujourd’hui. Déjà plus d’une quinzaine d’année que ça dure et chaque fois les gamers, fans de FIFA ou de PES, remettent le couvert. Même si de toute façon, quelques soient les changements, les vrais supporters restent fidèles. En général, on est fan de l’un ou de l’autre et c’est comme ça sans qu’on puisse réellement l’expliquer. Alors sans retomber dans le débat, trop philosophique, il est toujours intéressant, d’un point de vue purement technique, de considérer les dernières avancées. Mettons donc les sentiments d’un côté pour se plonger dans les entrailles de ces jeux vidéos qu’on aime (ou qu’on déteste) tant !

Le réalisme, un progrès indéniable pour PES

Quand on décide de prendre les manettes d’une de nos équipes favorites avouons clairement que c’est pour goûter aux frissons et sensations du haut niveau. Oui, tout le monde ne pouvant pas avoir eu la possibilité de jouer au niveau professionnel, on prend plaisir à le pratiquer sur grand écran. Et le rendu final de PES 2016, en termes de réalisme, est à la hauteur des attentes. C’est-à-dire on attendait mieux et c’est effectivement mieux. L’équipe japonaise a visiblement continué de travailler dur pour suivre son concurrent. Les parties ressemblent vraiment à des matchs de football, mon père, avec ses lunettes pourtant, y a cru. Les scénarios sont moins prévisibles que sur FIFA et proposent des actions incroyables dignes du sport excitant qu’est le football, pour une touche d’authenticité accrue. On aurait presque envie de chercher un code promo pour parier en direct ! Maintenant c’est exact que les passes plus précise de PES le sont tellement qu’on tombe dans le risque de perdre l’étincelle. Le football réel n’étant pas aussi parfait.

Le gameplay des deux jeux est heureusement toujours différent. La circulation de balle de PES est sans aucun doute meilleure que celle de FIFA, on observe une plus grande fluidité et rapidité. Cela va dans le sens de la philosophie de Konami de se concentrer davantage sur la construction des actions et de favoriser le développement de stratégies. On avance donc tranquillement en cherchant la solution. C’est sûr que c’est moins percutant que FIFA qui reprend un peu la devise marseillaise : Droit au but. Courir tout droit et marquer, intéressant et efficace mais pas toujours passionnant. Dans les deux cas on s’amuse, tout dépend de ce que l’on préfère.

Pour les graphismes, il n’y pas photo. FIFA a eu l’habitude d’être très à la pointe. Mais ce n’est plus le cas. Fox Engine semble faire pour le moment la différence et assurer à PES une supériorité auquel il n’était pas habitué. Les détails sur PES sont plus fouillés et propres. Ce n’est pas encore totalement parfait mais on y vient. On espère toujours de pouvoir jouer avec de « vrais » joueurs et les avancées montrent qu’on est proche. On arriverait presqu’à croire que tout est déjà prêt mais que les producteurs préfèrent retenir leurs technologies et les écouler petit à petit, histoire d’empocher plus…

Toujours pas de licences officielle pour le jeu de Konami

Evidemment ils y en a qui se plaindront toujours que les licences de la FIFA ne sont quasiment pas intégrées au produit de PES. FIFA a même, quant à lui, ajouté du foot féminin. Pour PES à part la ligue des Champions, rien et c’est toujours le regret qui affecte certains amoureux de PES. En même temps, sérieusement qui a réellement besoin de jouer la Bundesliga (ligue allemande totalement absente de PES)?? Il ne faut pas être devin pour savoir que ce championnat n’intéresse personne. Certes on comprend les fans de Ribery qui, à défaut de le voir jouer et marquer dans la vie réelle, aimerait prendre en main le joueur dans son championnat. Bref en tout cas, pour les désespérés, PES propose un jeu éditable à souhait et la possibilité de modifier largement joueurs et autres détails.

L’IA de FIFA a été améliorée et notamment le secteur défensif s’est renforcé dans cette édition. Du côté de PES, un nombre important d’animations ont été ajoutées, ce qui donne plus de piments à l’expérience. Les gardiens par exemple sont capables de faire plusieurs sauvetages cumulés. Un petit plus que j’apprécie sur PES concerne la personnalité des joueurs et leurs comportements sur le terrain tout à fait en accord avec leurs caractéristiques réelles. Même certaines équipes reproduisent fidèlement la mentalité et la culture qu’on leur connait.

Alors finalement savoir si cette année PES propose un meilleur jeu que FIFA c’est à chacun de trancher. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. En tout cas l’équipe de Konami a visiblement travaillé très dur. Aujourd’hui les deux produits se retrouvent même aux coudes à coudes. C’est certain cette course à qui peut mieux nous permettra de continuer de voir de belles améliorations dans le futur. En espérant qu’à force de lutter côte à côte, les deux géants de la simulation de football n’en viendront pas à être identiques.